cerveau neuroplasticité
Neuroscience

La Neuroplasticité, A quoi ça sert ?

[pullquote align= »normal » cite= »Albert EINSTEIN »]La folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent[/pullquote]

Cette phrase d’Einstein résume ce qu’est la neuroplasticité de manière très simpliste.

Aussi, ce génie a su développer de façon exponentielle ses capacités et les fonctions cognitives de son cerveau. Il a pu atteindre l’excellence dans certains domaines, et extraire progressivement son plein potentiel.

Ce qu’Einstein a compris avant les neurosciences

Bien que les scientifiques, à l’époque, s’étaient arrêtés à la conclusion que l’intelligence était figée après la période de l’enfance. Einstein(1879-1955), lui, avait compris qu’en stimulant le cerveau de différentes manières, il se développerait.

  • Il avait compris les mécanismes cérébraux et les leviers lui permettant d’enrichir son savoir et d’exploiter son cerveau et ses compétences.
  • Il a réussi à atteindre des performances reconnues dans le monde entier et l’excellence dans son travail.

Vous souhaitez savoir quels sont ses leviers et ses mécanismes qui lui ont permis de booster son intelligence.

Alors, un peu de patience et restez concentrés je révèle son secret un peu plus bas …

[thrive_headline_focus title= »LA RÉVÉLATION SCIENTIFIQUE » orientation= »center »]

Avant THE découverte, les scientifiques s’accordaient à dire que le cerveau était structuré d’une certaine manière. Et que rien ne changerait plus après la période de l’enfance. Par conséquent, ils pensaient que notre niveau « d’intelligence » ne pourrait plus changer tout au long de notre vie.

Mais il y a quelque chose de bizarre dans cette théorie. Parce qu’Einstein ne s’est pas révélé être un génie depuis son plus jeûne âge !

D’ailleurs, on pensait qu’il avait du retard dans l’apprentissage car il avait beaucoup de mal à parler jusqu’à l’âge de 3-4 ans.

C’est quoi cette découverte ?

La découverte scientifique qui a révolutionné les neurosciences fin des années 90 (début des années 2000), est la NEUROPLASTICITÉ.

C’est la preuve scientifique que le cerveau (par conséquent l’intelligence) n’est pas figé après la période de l’enfance. Il évolue et se développe tout au long de notre vie.

OUI vous avez bien lu, tout au long de notre vie !! 

En effet, le cerveau a la capacité d’opérer des changements structuraux et biochimiques. Il peut alors développer ses interactions fonctionnelles.

[thrive_headline_focus title= »C’EST QUOI LA NEUROPLASTICITÉ ? » orientation= »center »]

Il y a 2 aspects principaux à retenir :

1. La Neurogenèse

Ce mot un peu bizarre veut tout simplement dire que notre cerveau régénère les neurones grâce à des cellules souches (une fontaine de jouvence).

Cette découverte a été une révolution dans le monde des neurosciences !

Jusque là, on pensait que le cerveau ne pouvait pas remplacer les neurones perdus. Et c’est ce qui le condamnait à décliner inévitablement.

Or, les chercheurs ont constaté qu’on double notre production de nouveaux neurones pendant une situation d’apprentissage ! Ceci s’opère dans une partie du cerveau nommée l’hippocampe.

Waaw … c’est juste extraordinaire !

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la Neuroplasticité, je vous conseille le livre de Norman Doidge. « Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau« 

2. Les Routes Neuronales

Une multiplication de nouvelles connexions (route neuronale) se crée pendant les phases d’apprentissage et de mémorisation.

Et, un tri automatique est effectué, par la suppression des connexions inefficaces ou inutilisées.

Tout ce processus contribue à changer la structure même de notre cerveau. Et par voie de conséquence c’est ce qui contribue à évoluer ou à régresser dans un domaine.

neuroplasticité plasticité cérébrale

C’est pourquoi, une personne qui a stoppé tout apprentissage, lecture, et découverte, pendant des années, a ce sentiment « d’être rouillée ».

En effet, elle perd sa vivacité d’esprit et une partie de ses connaissances et de ses compétences. Parce que les routes neuronales ont été supprimées par son cerveau.

Par exemple, c’est le cas lorsqu’on ne pratique plus une langue étrangère pendant longtemps. Les connexions neuronales sont démantelées et on régresse dans la pratique de cette langue.

Ce qu’il faut retenir

Notre cerveau a la capacité de produire de nouveaux neurones, mais aussi de multiplier ou supprimer les connexions neuronales. Ceci modifie structurellement notre cerveau à chaque instant, en fonction des expériences affectives, cognitives et psychiques que nous vivons.

Et c’est ce que les scientifiques appelle la Neuroplasticité. (Neuro vient du mot « neurone » et plasticité car le cerveau change structurellement, il est donc malléable).

[thrive_headline_focus title= »LES AVANTAGES DE LA NEUROPLASTICITÉ » orientation= »center »]

  • Comme je l’explique avant, le véritable bénéfice de la neuroplasticité est de pouvoir évoluer tout au long de sa vie. L’apprentissage, bien qu’il soit accéléré et facilité durant notre enfance, peut se faire à tout âge.
  • Un adulte peut encore s’abreuver de nouvelles connaissances, développer de multiples compétences, ou se perfectionner, dans un ou plusieurs domaines.

[thrive_icon_box color=’orange’ style=’1′ image=’https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/02/Brain-1.jpg’]Découvrir : la Méthode Redoutable pour apprendre 2 fois plus vite et 6 Techniques de Mémorisation très Efficaces [/thrive_icon_box]

  • La capacité que le cerveau détient à supprimer des routes neuronales inefficaces ou inutilisées peut apparaître comme un inconvénient.
    Or, c’est clairement un avantage si on sait comment s’en servir.
    A force de répéter des actions, des pensées et des émotions tous les jours, elles finissent par devenir des habitudes. Si l’action répétée n’est pas bénéfique elle peut devenir une mauvaise habitude.

Se débarrasser des mauvaises habitudes

La majorité de notre temps, on le passe en mode « pilotage automatique ». C’est à dire qu’on fait, dit, pense des choses de manière automatique, sans avoir à faire un effort ou à y réfléchir.

Or, le cerveau fonctionne de cette façon pour économiser son énergie.

Mais, la répétition des pensées, émotions, et des actions qui sont néfastes à notre développement, produisent de mauvaises habitudes.

Ces dernières s’ancrent, car à force de répétition le schéma devient une autoroute neuronale.

Prendre conscience de la capacité à supprimer ses mauvaises habitudes, peut véritablement améliorer sa qualité de vie ^^.

Voilà pourquoi je dis qu’il s’agit d’une vraie opportunité !

Par ailleurs, la fontaine de jouvence est une arme redoutable contre le vieillissement cérébral.
Pour l’activer il est recommandé de :

– manger équilibré,

– d’abreuver votre soif d’apprendre et de comprendre pour multiplier la production de nouveaux neurones,

– faire une activité physique régulièrement.

Ceci contribuera à lutter contre le vieillissement cérébral.

Maintenant vous savez ce qu’est la neuroplasticité et vous avez compris les bénéfices que vous pouvez en tirer.


Il ne vous reste plus qu’à passer à l’action pour que votre vie passe au niveau supérieur !

Prenez Bien Soin de Vous !

#MH

NOTA : Pour en savoir plus, voici les 5 fondements de base pour un cerveau ÉPANOUI et PERFORMANT. Télécharge le guide ici !

​Read More
apprendre rapidement et efficacement by jim kwik
Mindset, Neuroscience

Comment apprendre 2 fois plus vite : Jim Kwik a une Méthode Redoutable

4 Règles d’Or pour doubler ta productivité 

Si tu appliques ces 4 règles incontournables, tu vas devenir (beaucoup) plus efficace au travail.

« Travailler mieux pour travailler moins » 

A l’ère du numérique, on pourrait se dire qu’il est extrêmement simple d’apprendre rapidement et efficacement. Grâce à l’accès illimité d’informations sur tous les sujets, il suffit de tapoter quelques mots sur la barre de recherche, et Monsieur Google se charge de vous servir pour votre plus grand plaisir…

Mais j’ai mieux à vous proposer !

Je vais vous présenter une technique REDOUTABLE qui vous permettra vraiment d’apprendre rapidement et efficacement. Vous aurez alors tout le loisir de choisir dans quel domaine vous souhaitez vous perfectionner et/ou vous ouvrir à de nouvelles compétences !

Cette technique est enseignée, au sein de la « Masterclass » de l’expert américain en mémorisation, apprentissage et lecture rapide. Il a accompagné de nombreuses célébrités vers la réussite comme Oprah Winfrey, Will Smith, Richard Branson, …

Très connu aux Etats-Unis pour ses enseignements qui permettent de « déverrouiller le cerveau » et apprendre rapidement et efficacement.

Qui est-ce ?

Il se nomme Jim KWIK. Cet homme a développé une faculté incroyable pour utiliser son cerveau de façon optimale.

Pourtant, il a été victime d’un accident, à l’âge de 6 ans, qui a atteint son cerveau. Le pronostic des médecins était très défavorable. Or, ce jeune garçon, fan des super-héros a voulu ressembler à l’un de ces personnages de bandes dessinées et a réussi à développer ses facultés cognitives pour utiliser son cerveau de manière efficiente.

Que l’on veuille apprendre rapidement et efficacement un cours, approfondir un sujet, apprendre une nouvelle langue, ou même acquérir des compétences musicales, on peut utiliser cette puissante technique d’apprentissage rapide.

J’aimerai vous parler de la Méthode F.A.S.T qui est enseigné par Jim Kwik.

Jim kwik methode FAST apprendre rapidement et efficacement

Comment apprendre rapidement et efficacement

L’acronyme F.A.S.T signifie « rapide » en anglais, qui fait directement référence à la rapidité d’apprentissage en utilisant cette méthode. Comme je l’ai mentionné plus haut, cette méthode est redoutable. Et en l’utilisant, vous remarquerez qu’elle est exceptionnellement puissante pour vous aider à apprendre rapidement et efficacement .

F = (To) FORGET (oublier)

Il faut commencer par OUBLIER 3 choses :

  • Tout ce qu’on sait déjà sur le sujet en question.
    La plupart des gens n’arrive pas à apprendre rapidement et efficacement car il ne garde pas l’esprit ouvert lors de l’apprentissage.
    Afin de ne pas perdre leurs repères ils se cramponnent aux quelques informations déjà acquises et n’absorbent que difficilement les informations qui leur arrivent.
    Observons les enfants en bas-âge lors de leur apprentissage, on peut facilement constater qu’ils apprennent rapidement et efficacement, simplement en prenant les choses telles qu’on leur présentent.

⇒ Gardez l’esprit bien ouvert, mettez-vous dans la peau d’un débutant prêt à ingérer toutes les informations !

  • Tout ce qui n’est pas urgent ou important.
    Notre cerveau ancre bien mieux les informations lorsqu’on est  concentré sur une seule tâche.
    (Cf l’article : 11 Astuces pour une concentration optimale rapidement).
    Or, si notre concentration est perturbée à cause de notifications, de pensées parasites ou autre, il sera très difficile d’apprendre rapidement et efficacement.

⇒ Désactivez toutes les notifications, concentrez-vous sur une seule tâche.

  • Nos limites, et fausses croyances.
    Il faut absolument combattre toutes les croyances que l’on a sur nous-même et qui brident complètement notre potentiel.
    Se dire que notre mémoire est mauvaise, que nous lisons trop lentement, ou encore que nous n’avons pas fait assez d’études, est littéralement un frein si on veut commencer à apprendre rapidement et efficacement.
    Un peu d’entrainement et les bonnes méthodes peuvent considérablement aider à développer sa mémoire, augmenter sa vitesse de lecture et même acquérir les connaissances et les compétences nécessaires vers un épanouissement personnel et professionnel.

⇒ Croyez-en vous ! Faites preuve de bienveillance à votre égard.

A = ACTIVE (ETRE ACTIF)

Maintenant il faut « désapprendre » à être passif. C’est à dire qu’on doit s’obliger à participer pendant l’apprentissage.

Poser des questions, prendre des notes ou prendre part à la conversation, mais aussi expérimenter par soi-même, reformuler les propos, résumer les idées principales grâce au Mind Mapping sont toutes des façons d’être actif pendant l’apprentissage.

⇒ Plus on est Actif, meilleur est l’apprentissage.

S = STATE (ETAT)

apprendre rapidement et efficacement jim kwik

L’Etat d’Esprit est très important pour un bon apprentissage. Il est nécessaire de contrôler son état d’esprit car on est le seul à avoir un pouvoir dessus.

Le facteur principal qui a entravé l’apprentissage à l’école est : l’ennui.

Or, il est préférable de se mettre dans un état de joie, de curiosité, de fascination pour faciliter l’encodage des informations. Il faut penser à ce que cela nous apportera concrètement afin d’éveiller en soi les émotions positives et motrices.

Jim KWIK utilise souvent une expression qui résume très bien cela : L’information combinée aux émotions s’ancre mieux dans la mémoire à long terme.

« INFORMATION + ÉMOTION = MÉMOIRE A LONG TERME »

(consultez cet article pour en savoir plus sur la mémorisation par les émotions).

T = (To) TEACH (ENSEIGNER)

La clé pour apprendre 2 fois plus vite est de le faire en pensant qu’on devra ensuite l’enseigner à d’autres personnes. Cela permet d’apprendre différemment et de retenir plus facilement car notre attention reste fixée sur le sujet en analysant même les détails.

Lorsqu’on sait qu’on doit ensuite enseigner à notre tour quelque chose, on pose de meilleures questions. On désire restituer au mieux les informations et anticiper les éventuelles questions des apprenants. Par conséquent, ces informations s’ancrent mieux dans la mémoire.

⇒ En apprenant dans l’optique d’enseigner notre cerveau devient bien plus réceptif aux informations.

apprendre rapidement et efficacement grâce à la méthode de Jim Kwik

Je vous conseille vraiment de tester cette Méthode FAST pour vous aider à apprendre rapidement et efficacement même si vous n’étiez pas un bon élève à l’école.

Vous allez très certainement être surpris de la vitesse à laquelle vous ancrez les informations et la facilité pour les réutiliser ou les restituer à quelqu’un d’autre.

Je serais curieuse d’avoir votre retour d’expérience en commentaire ⇓⇓⇓

Et dîtes-moi, connaissiez-vous déjà Jim Kwik ?

Prenez bien soin de vous ♥.

​Read More
mémoriser
Neuroscience

6 Techniques Puissantes de Mémorisation

Retenir les codes, les mots de passe, les identifiants, les rendez-vous n’est pas chose aisée. Notre capacité de mémorisation doit être développée pour se facilité la vie au quotidien …

Chacun rêve d’avoir une mémoire d’éléphant et pouvoir retenir rapidement toutes les informations lues, vues ou encore entendues, n’est-ce-pas ?

[thrive_text_block color= »blue » headline= » »] [/thrive_text_block]

 

Pouvons-nous réellement tout retenir ?
Le cerveau ne saturerait-il pas en traitant des millions d’informations ?
Y a-t-il un risque d’enrailler la machine ou de faire dérailler l’engrenage ?
 
 mémorisation
 
 
Je ne pense pas qu’il soit  possible, ni même qu’il soit bon, de pouvoir TOUT retenir rapidement et facilement. Notre cerveau est conçu pour agir et réagir avec une certaine constance, avec des repères communs à tous. Il suit une temporalité plus lente que le monde qui nous entoure. Grâce à cela, nous maintenons une cohésion sociale et une stabilité dans les échanges avec notre alter-ego. La mémorisation n’échappe pas à ce processus, il faut apprendre à utiliser sa mémoire puis l’exercer à retenir plus et mieux.
 
Notre mémoire est stimulée lorsque nous portons notre attention sur quelque chose. En revanche, les données que nous n’utilisons pas et celles qui ne nous intéressent pas seront effacées.
 
 
Heureusement, le processus de mémorisation n’est pas figé. Nous avons tous la possibilité d’augmenter notre capacité de mémorisation quelque soit notre âge. Nous pourrions même devenir le prochain champion de la mémorisation, capable de retenir 20 jeux de cartes en quelques minutes, si cette idée se transformait en  objectif !!
 
Toutefois, il faudrait prendre le temps nécessaire pour apprendre à optimiser sa mémoire et rester constant à l’entrainement de celle-ci. Il n’y a pas de recette miracle ! Il faudra être motivé, persévérant et surtout patient !
 
 
La plupart d’entre nous, ne cherchons probablement pas à devenir des athlètes de la mémoire mais seulement à améliorer sa capacité de mémorisation pour se faciliter le quotidien.
 

Comparons la mémoire a quelque chose de concret

 
Pour bien comprendre un principe simple, prenons l’exemple des muscles de notre corps, et imaginons notre cerveau comme l’un de ces muscles.
 
Pensez-vous qu’il soit possible de ne pratiquer que peu d’exercice physique et qu’après avoir fait quelques mouvements sans trop forcer, les muscles deviennent saillants et le corps prenne l’aspect d’un bodybuildeur ?
 
Bien sûr que non ! Et bien, c’est pareil pour notre mémoire.
 
La capacité de mémorisation se développe progressivement à force de l’exercer, tout comme les muscles !!!
Elle se renforce jour après jour grâce à notre persévérance et notre détermination à l’entrainement. Aussi, la motivation joue un rôle essentiel dans son développement.
 
 
 [thrive_text_block color= »blue » headline= » »] [/thrive_text_block]
 

Le saviez-vous ?

D’ailleurs, savez-vous que nous ne possédons pas qu’une mémoire mais plusieurs. L’une est appelé mémoire de travail, celle à court terme. L’autre mémoire à long terme, dans laquelle sont ancrés nos souvenirs d’enfance, nos connaissances …
Et, la troisième s’appelle la mémoire procédurale qui elle, est inconsciente contrairement aux deux autres et qui sert à exécuter une action de façon totalement automatique comme faire du vélo ou marcher par exemple.
 

Les points communs des techniques de mémorisation

 
Vous constaterez des dénominateurs communs à quasiment toutes les techniques de mémorisation.  En effet, certains facteurs utilisés, multiplient de façon exponentielle la capacité de mémorisation.
 
Ces 3 facteurs sont :
  •  Les images : bien mieux enregistrer dans la mémoire.
  •  La multiplication des canaux perceptifs : V.A.K.O.G = Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif, Gustative.
  •  L’émotion : très efficace pour ancrer une information en mémoire (ex : Vous vous souvenez très longtemps et en détail de ce que vous faisiez, de l’endroit ou vous étiez, de ce que vous avez ressenti lorsque vous avez appris une très mauvaise nouvelle ou une très bonne nouvelle car vos émotions étaient très fortes à ce moment).
 
En réalité, il existe énormément de techniques de mémorisation, les champions de la mémoire développent même leur propre technique.
Aussi, je vais vous en citer quelques unes  que vous pourrez tester et mixer en fonction de ce que vous devez mémoriser mais aussi de votre aisance à utiliser une technique plutôt qu’une autre.
 
 
[thrive_text_block color= »blue » headline= » »] [/thrive_text_block]
 
 
[thrive_headline_focus title= »LE MIND MAPPING » orientation= »center »]
 
Le concept du Mind Mapping a été formalisé par le psychologue anglais Tony BUZAN au début des années 70. Cette technique consiste à comprendre et sélectionner les informations importantes, puis les retranscrire en les schématisant pour aider à mieux les mémoriser.
Le thème principal est représenté au centre par un mot ou une icône/image ou une phrase courte. Ensuite, une arborescence est construite autour de ce thème avec le moins de texte possible car il faut privilégier les images (dessins, icônes…) qui sont plus parlantes pour la mémoire. Il ne faut surtout pas hésiter à utiliser des couleurs ! Chaque idée représente une couleur.
L’arborescence s’organise en « effet entonnoir » : Du thème général vers des idées plus détaillées. Nous suivons le fil conducteur en associant les idées au fur et à mesure du déploiement de la branche. Ceci aide la mémoire à reconstituer le schéma neuronal et ainsi retrouver toutes les informations/connaissances en relation avec l’image/dessin/mot associé(e) à l’idée.
 
 
[thrive_text_block color= »blue » headline= » »] [/thrive_text_block]

 

[thrive_headline_focus title= »LE PALAIS DE LA MEMOIRE » orientation= »center »]
 
Cette technique de mémorisation consiste à s’imaginer un lieu ou un trajet que nous pouvons parfaitement bien reproduire mentalement (comme notre lieu d’habitation, ou notre trajet domicile-travail par exemple), et d’y stocker une liste d’objets ou de mots à retenir. Nous devons visualiser mentalement de façon précise où se trouve chaque objet/mot et imaginer un petite scène qui provoque des émotions, et qui sort complètement de l’ordinaire puisque notre cerveau retient beaucoup mieux de cette façon. Cette technique est très puissante mais requiert de l’entrainement et de la persévérance. Une fois familiarisé avec cette méthode vous pourrez ensuite retenir des phrases, des discours, des cours …
 
Prenons un exemple : Disons que ma liste de courses est : des yaourts, de la colle, un parapluie, un jus de fruit, et des frites.
 Je vais imaginer que je suis dans ma chambre et qu’une odeur très forte de friture se dégage, j’ai même le goût des frites chaudes et croustillantes dans ma bouche, alors je cherche d’où vient cette odeur et là, horreur !!! je vois des frites bien grasses posées sur mon lit, la housse de couette est imbibée d’huile. L’odeur de friture est tellement forte que je décide de sortir de la chambre mais … la porte ne s’ouvre pas, je force, je tire la porte de toutes mes forces car c’est impossible de la fermer à clé, il doit y avoir quelque chose qui coince… finalement, la porte s’ouvre,  j’étais à 2 doigts de tomber à la renverse !! Je reprends mes esprits quelques secondes, et je me rend compte qu’il y a un tube de colle vide par terre, dans le couloir devant la porte de ma chambre, et que quelqu’un avait collé la porte de ma chambre !!  J’avance dans le couloir et là beurk… j’ai les pieds qui collent par terre et j’entends même le bruit de la semelle qui se décolle du sol à chaque pas, le jus de fruit a été versé par terre et il est tout sec, tout collant …
Je décide de sortir de cette maison dégoûtante alors je prends mon sac et plonge ma main  pour sortir mes clés. Mais là !!!!  je sens quelque chose de liquide, de froid, renversé dans mon sac à main … je l’ouvre et je vois du yaourt sur toutes mes affaires, mon sac, mon porte monnaie, mes papiers, mes clés, tout est sale à l’intérieur pffff !!!! Je prends malgré tout mes clés et je sors, en passant devant les boîtes aux lettres, je vois un parapluie dans ma boîte aux lettres qui dépasse, j’essaie de le tirer mais rien à faire il est coincé et en jetant un œil dehors je vois qu’il pleut énormément, il faut absolument que j’arrive à le décoincer pour m’abriter avec !!!
 
Voici comment je pourrais me souvenir au supermarché de ma liste de course !
En me remémorant cette histoire rocambolesque, je retrouverai chaque élément qui constituait ma liste plus facilement. Pour un débutant, cela va sembler un peu long de créer son propre palais, puis de stocker les informations à retenir tout en créant un contexte. Effectivement, cette technique requiert de l’entrainement et demande du temps et de la patience, mais au fur et à mesure qu’on l’expérimente, tout ce processus deviendra plus facile jusqu’à devenir quasi-automatique.
 
 
 [thrive_text_block color= »blue » headline= » »] [/thrive_text_block]

 

[thrive_headline_focus title= »CONFÉRENCE ET EXPÉRIENCES » orientation= »center »]
 
Nous retenons entre 70 et 90% des informations lorsque nous sommes ACTIFS, contre 10 à 50% lorsque nous sommes PASSIFS. La différence est énorme !! Voici une représentation du « Cône d’Edgar DALE » qui montre la différence de ce qui est retenu par notre mémoire en étant actif et passif.
 
Ce que nous retenons après 15 jours :
 
 
Seulement 10% à 30% de ce que nous lisons, entendons ou regardons est retenu en mémoire après 2 semaines, lorsque nous n’utilisons qu’un seul canal de perception.
Le taux passe à 50% lorsque nous utilisons 2 canaux perceptifs : entendre et regarder (comme les vidéos par exemple).
Les résultats sont bien plus élevés lorsque nous sommes ACTIFS : 70% des informations sont retenues après 2 semaines lorsque nous participons à une discussion ou que nous assistons à une conférence participative. Et le summum est atteint lorsque nous expérimentons par nous-même avec 90% !
 
Alors un conseil, n’hésitez plus à expérimenter ou simuler une intervention publique pour mieux retenir !
 

[thrive_text_block color= »blue » headline= » »] [/thrive_text_block]

 
 
[thrive_headline_focus title= »L’ASSOCIATION D’IMAGES » orientation= »center »]
 
Il s’agit de créer mentalement une série d’association en chaîne de la première image à la dernière.
Si je vous montre une série de 20 images et que je vous demande de les mémoriser en 3 minutes, vous allez par habitude nommé la première, puis la deuxième puis la troisième en essayant de les retenir en les répétant plusieurs fois, n’est-ce pas ? Mais arrivé à la quinzième image, vous aurez certainement plus de mal à toutes les renommées dans l’ordre, et vous aurez le sentiment que votre mémoire est déjà saturée, alors comment retenir encore 5 autres images supplémentaires ?
 
En réalité, lorsque nous faisons ce genre d’exercice nous utilisons notre mémoire de travail et les scientifiques ont pu constater que cette mémoire peut retenir efficacement jusqu’à 7 informations successives (à +/- 2 selon la complexité des informations). Une fois ce quota atteint, soit notre mémoire supprime certaines informations pour laisser place aux nouvelles entrantes, c’est pourquoi nous oublions certaines images en procédant de cette manière. Soit, elle « sature » et ne peut retenir d’autres informations. Dans l’exemple ci-dessus, nous avons 20 éléments séparés et sans relation entre eux que nous devons retenir. Pour les mémoriser plus aisément, il faut donc les associer entre eux pour que cela ne devienne q’un seul et même bloc d’éléments et que notre mémoire le traite comme 1 information et le retienne efficacement. Il faut donc s’inventer une histoire insolite, cocasse ou stupide avec chacune des images et trouver une relation entre chaque image.
 
 
Voici une série d’image !
mémorisation
Alors maintenant c’est à vous d’expérimenter cette méthode et de constater par vous-même s’il est plus aisé ou non de retenir une série d’image.
 
 
 
[thrive_text_block color= »blue » headline= » »] [/thrive_text_block]

 

[thrive_headline_focus title= »LES IMAGES MENTALES » orientation= »center »]
 
 L’image mentale est très utilisée pour associer un élément à retenir à une forme (comme une lettre ou un chiffre). Nous retrouvons depuis quelques années cette méthode dans la pédagogie d’apprentissage de l’alphabet et des chiffres pour les enfants. Mathieu PROTIN a inventé une méthode d’apprentissage des tables de multiplication basée sur ce principe MULTImalin.
 
Claude HUGUENIN et Olivier DUBOIS, ont créé une méthode d’apprentissage de la lecture avec la Méthode Alpha que tout le monde connaît désormais : Le principe est de créer une histoire autour d’un personnage. Ce dernier ressemble à la lettre qu’il représente pour que les enfants se souviennent de la forme et associe l’histoire (toujours un peu bizarre ou marrante) et ainsi mieux retenir le son de chaque lettre.
mémorisation alphabet
 
 
 
 
[thrive_text_block color= »blue » headline= » »] [/thrive_text_block]

 

[thrive_headline_focus title= »LA RÉPÉTITION ESPACÉE » orientation= »center »]
 
Pour permettre d’ancrer les informations dans le long terme, il est nécessaire d’utiliser la répétition espacée. C’est à dire qu’une fois avoir mémoriser quelque chose (quelque soit la méthode utilisée auparavant), il faut la révisé chaque jour pendant 4 à 5 jours, puis tous les 2 jours pendant 3 à 4 jours, puis réviser 1 à 2 fois par semaine ou par quinzaine. Il n’y a pas vraiment de règle établie car chacun fait en fonction de la nécessité de réviser et surtout de la quantité et la complexité des informations à réviser.
 
Désormais, vous avez toutes les clés en main pour EXPÉRIMENTER et développer votre mémorisation. Vous pourrez vous faire votre propre opinion, et ajuster le tir en fonction de vous !
 
Prenez bien soin de vous ♥
 
[thrive_text_block color= »blue » headline= » »] [/thrive_text_block]
 
 

​Read More