interview de Mehdi
Non classé

Interview de Mehdi d’Arabe en Ligne

Mehdi fondateur du site arabeenligne.fr (c’est pourquoi nous l’appelons Mehdi d’arabe en ligne) nous livre quelques extraits de sa vie et de son chemin entrepreneurial dans cette interview. Facile à aborder, ce jeune homme dégage au premier abord beaucoup de sympathie et de la simplicité dans ses échanges.

Mehdi a une personnalité bien affirmée et une âme d’aventurier. En effet, il aime se lancer dans toute sorte de Challenge ! Doté d’un véritable Mindset en béton armé, il s’est habitué à faire des sorties extrêmes de sa zone de confort …

Comme en ce moment même (octobre 2018) où il est en train de gravir le Mont Everest jusqu’à 5400 mètres d’altitude. Il démontre encore une fois à quel point son Mindset de Gagnant peut le mener loin.

Cette force mentale lui permet de goûter à des expériences non seulement diverses, mais surtout hors normes ! C’est une personne qui est constamment dans le dépassement de soi dans la vie comme au travail.

Nous te souhaitons une bonne ascension Mehdi ^^ !

Egalement généreux dans ses conseils et ses mises en garde, on ressent réellement son envie de tirer les autres vers le haut.

Je vous laisse le découvrir dans cette interview.

[thrive_headline_focus title= »Présentation de Mehdi d’Arabe En Ligne » orientation= »center »]

Présentation de Mehdi

[thrive_custom_box title= »Audio » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/10/headphones-3683983_1920.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

[thrive_headline_focus title= »Le parcours de Vie de Mehdi d’arabe en ligne » orientation= »center »]

mehdi pour mind helping

[thrive_custom_box title= »Audio » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/10/headphones-3683983_1920.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

[thrive_headline_focus title= »Mindset et Entrepreneuriat selon Mehdi d’arabe en ligne » orientation= »center »]

Mindset et Entrepreneuriat

[thrive_custom_box title= »Audio » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/10/headphones-3683983_1920.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

[thrive_headline_focus title= »Polyglotte ou pas ? Ton Conseil ? » orientation= »center »]

interview mehdi

[thrive_custom_box title= »Audio » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/10/headphones-3683983_1920.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

[thrive_headline_focus title= »Tes Cours sur Arabe en Ligne » orientation= »center »]

mehdi belhocine mindset mindhelping

[thrive_custom_box title= »Audio » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/10/headphones-3683983_1920.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

[thrive_headline_focus title= »Ton LifeStyle » orientation= »center »]

Ton LifeStyle

[thrive_custom_box title= »Audio » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/10/headphones-3683983_1920.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

 
Les liens utiles :

Je vous invite à découvrir le site de Mehdi d’Arabe en Ligne (en cliquant sur le lien ci-dessous)

Arabe en Ligne

Voici le lien du site de Said AMZIL, cité dans l’interview

Formation WMA (Web Muslimpreneur Academy)  www.wma.muslimpreneur.fr

Prenez bien soin de vous !

​Read More
cerveau bien manger nutiments
Non classé

5 Aliments qui impactent le bon Fonctionnement du Cerveau

aliments qui impactent le fonctionnement du cerveau

Le cerveau comme tous les organes du corps est directement impacté par notre alimentation. Les apports nutritionnels permettent de fournir l’énergie nécessaire tout au long de la journée et surtout d’optimiser le fonctionnement du cerveau.

A plus long terme, de lutter contre les maladies dégénératives susceptibles de l’atteindre.

Alors quels sont les aliments indispensables à consommer pour avoir un cerveau en pleine forme ?

Je laisse place à Safia BARA Diététicienne-Nutritionniste, et fondatrice du blog Nutrimiam, pour vous délivrer ses conseils utiles …

 

Je vous partage 5 aliments que vous devez absolument mettre au menu pour prendre soin de votre cerveau !

1. L’eau favorise le bon fonctionnement du cerveau

La majorité des maux de tête sont dû à un manque d’eau. Et bien souvent, il suffit de se réhydrater pour que le mal de tête s’estompe. Et oui ! Le cerveau est composé à 80% d’eau ! Donc avant de se jeter sur le paracétamol à la moindre céphalée, pensez à bien boire.

De l’eau bien sûr, mais aussi des infusions, du thé, du café… Et comme la variété est une des clés de l’alimentation saine, n’hésitez pas à varier votre consommation : eau plate, gazeuse, minérale …

 

2. Les Noix

Les noix sont riches en acides gras essentiels de la famille oméga 3. Et ces fameux oméga 3 ont bien des propriétés : Anti-inflammatoires, protecteurs du système cardiovasculaire et du système immunitaire.

Mais ils sont aussi nécessaires au développement et fonctionnement du système nerveux. Chez l’adulte, ils garantissent le bon fonctionnement du cerveau et permettent de prévenir la dépression et la démence. Chez les enfants, ils permettent de développer le système nerveux  et cérébral.

Ce qu’il faut savoir

On retrouve aussi ces acides gras essentiels dans l’huile de noix et de colza.

Attention, ces huiles ne supportent pas de hautes températures. Donc il vaut mieux les utiliser uniquement à froid, en assaisonnement (sauce salade par exemple) pour bénéficier des bienfaits sur le fonctionnement du cerveau.

 

3. Les poissons Gras

Le terme « poissons gras » peut vous rebuter, surtout si vous faites attention à votre ligne. Mais c’est au contraire un aliment à privilégier dans votre alimentation car il est recommandé pour le bon fonctionnement du cerveau notamment grâce aux acides gras.

Les poissons gras, comme le saumon, le hareng,  le maquereau et la sardine, sont une bonne source d’oméga 3. Ils sont particulièrement intéressants pour les enfants, car riches en EPA et DHA, deux acides gras de la famille oméga 3, nécessaires au développement cérébral.

Les poissons gras sont aussi de bonnes sources de protéines, indispensables à la croissance. L’ANSES recommande de consommer du poisson 2 à 3 fois par semaine, dont un poisson gras.

Comment les choisir ?

Préférez des poissons sauvages ou issus d’un élevage bio, et de petite taille (sardine, maquereau) qui seront ainsi moins touchés par la pollution marine.

 

4. Les Fruits Rouges sont bénéfiques pour le fonctionnement du cerveau

Les Antioxydants :

Les fruits rouges et les baies sont riches en vitamines (C et E), minéraux mais aussi en polyphénols, des antioxydants.

La pollution, les Ultra-Violets, une mauvaise alimentation, le tabac, le stress favorisent le stress oxydatif à l’origine de certaines maladies (dont les cancers et les maladies dégénératives). Les antioxydants ont pour rôle de contrer ce stress oxydatif, et donc de prévenir le vieillissement cellulaire.

Inutile de préciser que ces antioxydants sont bénéfiques pour le fonctionnement du cerveau mais également l’ensemble du corps ! Donc ne vous privez pas de ces petits bienfaits de la nature, d’autant qu’ils sont peu sucrés.

 

5. Les Féculents à IG Bas

Indice Glycémique

Le glucose est le carburant du cerveau. On le retrouve notamment dans les féculents et dans les produits sucrés dont il ne faut pas abuser.

Les féculents à Indice Glycémique bas permettent de libérer progressivement le glucose dans le sang et ainsi d’éviter les variations trop importantes de la glycémie (taux de sucre dans le sang) à l’origine de « coup de barre », fringales ou perte de concentration.

(Pour en savoir plus sur l’Indice Glycémique, je vous invite à consulter cette courte vidéo )

Donc, pour garder un esprit vif et booster le fonctionnement du cerveau préférez des céréales complètes, pain complet, pain aux céréales ou aux noix !

Attention ! évitez boissons sucrées et sucreries surtout en dehors des repas.

Safia BARA Diététicienne-nutritionniste,

Retrouvez d’autres conseils pour une alimentation plus saine sur mon blog : www.nutrimiam.com
Je vous offre en cadeau de bienvenue un e-book avec « 16 recettes healthy ».

Articles qui pourraient vous intéresser :

Comment apprendre 2 fois plus vite, même si vous pensez ne pas avoir une bonne mémoire

Le secret bien gardé pour lire un livre par semaine, SANS la lecture rapide

​Read More
bon pour le cerveau
Non classé

5 Conseils d’une Nutritionniste pour bien Nourrir Le Cerveau

« Il n’est pas dans notre corps d’organe plus dense. Au creux de ses replis tassés, blanchâtres, subsiste la trace de l’être qu’il anime, de ce qu’il voit, entend, pense, de ce qui l’émeut, trouble, bouleverse parfois, tout ce que fut la vie d’un enfant, d’un adolescent ou d’un être mûr, ses hésitations et ses choix, ses amours et ses haines, ses préjugés et ses projets… »

(Jacques-Michel Robert)

 

Le cerveau contrôle nos mouvements, nos sens, notre mémoire et la pensée. Protégé par la boîte crânienne, son rôle est de recevoir les informations, les enregistrer puis envoyer les réponses.

De l’émotion à l’intelligence, du stress au bien-être, de la parole aux relations humaines, il nous raconte une histoire, la nôtre…

Tout comme le corps, notre cerveau ne peut pas fonctionner sans apports nutritifs. Une alimentation non adaptée entraînerait une fatigue intellectuelle, une baisse de concentration, un manque de vigilance, des difficultés à mémoriser… À terme, tous ces signaux peuvent causer des dégâts irréversibles.

La nutrition vient donc en amont pour prévenir toutes ces perturbations. D’où la nécessité d’une alimentation de qualité afin de prodiguer tous les éléments essentiels.

 

Mais comment bien prendre soin de son cerveau ?

 

 

[thrive_custom_box title= »Le cerveau, ce chef d’orchestre … » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/02/IMG_0085.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

Indispensable à la vie, notre cerveau est l’intermédiaire entre le monde extérieur et le monde intérieur. Il est le chef d’orchestre des phénomènes intellectuels et affectifs. Mais aussi des sensations, nous permettant de renouveler quotidiennement nos apports nutritionnels.

Lorsqu’un aliment est placé dans la bouche, le cerveau donne l’ordre d’analyser sens par sens l’aliment. La langue contient les capteurs du goût, près de 10 000 papilles réparties à la surface de l’organe. Elles permettent de percevoir le doux et le salé à la pointe de la langue, l’acide est perçu sur les côtés et l’amer à la base.

Deux nerfs droit et gauche emmènent le message jusqu’au cerveau. La mastication et la salivation commencent, des corps volatils s’échappent de l’aliment. La combinaison du goût et de l’odorat aboutit à déterminer l’arôme de l’aliment.

En même temps les récepteurs tactiles situés à l’intérieur de la bouche donnent des informations sur sa consistance sa température, sa dureté … On ne mange donc rien sans le sentir avec plus ou moins de réflexion !

 

[thrive_custom_box title= »Le cerveau contrôle également toutes les fonctions vitales » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/02/IMG_9688.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

Citons le déclenchement du sommeil, le contrôle de la température du corps ou encore la prise de nourriture et de boisson. Il règle ainsi nos états internes à notre insu. Nos organes fonctionnent silencieusement mais le cerveau est informé en permanence de leur état de fonctionnement. Le plus souvent, nous sommes tenus à l’écart de ce qui se passe.

Toutefois, certaines informations nous parviennent sur notre état interne quotidiennement à travers des sensations que vous reconnaissez très probablement : les sensations de faim ou au contraire de satiété qui régulent nos prises alimentaires.

 

Mais comment est-ce possible ?

L’augmentation du taux de glucose dans le sang (la glycémie) après un repas active le centre de la « satiété ». Une hormone présente dans l’estomac envoie également un signal pour dire «stop ». Le cerveau empêche l’envie de manger et déclenche la sensation de satiété.

C’est la raison pour laquelle une personne rassasiée reste insensible devant des mets raffinés alors que si elle était à jeun, le cerveau déclencherait immédiatement l’envie de manger accompagnée bien sûr d’une sensation de plaisir !

De même la soif est régulée par le cerveau pour déclencher ou empêcher la prise de boisson grâce à la sensibilité des neurones à la concentration du sang en eau.

Après notre plongée dans les profondeurs arides de l’anatomie, essayons de refaire surface et prenons de la hauteur pour nous poser quelques questions sur le rôle de l’alimentation sur notre cerveau.

 

Mais pourquoi penser à le nourrir si généreusement ?

Quand on parle de nutrition, il faut tout d’abord considérer la cellule. Dans notre organisme, on a environ 10 000 milliards de cellules dans l’organisme assurant les fonctions des différents organes. Notre cerveau à lui seul, en contient environ 100 milliards, comparables à des lignes de téléphone.

C’est donc un véritable système de communication entre le monde intérieur et le monde extérieur. Le rôle de la nutrition est donc d’assurer le bon fonctionnement de la cellule et d’intervenir en amont pour prévenir l’ensemble des altérations de la qualité de vie.

Tout comme le corps, le cerveau ne peut fonctionner sans apports nutritifs. On a vu à quel point notre cerveau est indispensable à la vie et son importance capitales. Les 100 milliards de cellules nerveuses qu’il contient ont des fonctions très variées et elles ne peuvent assurer leur rôle correctement si leur membrane est mal nourrie.

Alors que le cerveau ne représente que 2 % de notre masse corporelle (près de 1.2 kg chez l’adulte), il absorbe 20 % de l’énergie alimentaire que nous consommons ! D’où l’importance d’une alimentation saine et équilibrée !

 

cerveau aliments nutrition

 

Mais quels sont les éléments essentiels dont il a besoin ? Voyons cela de plus près…

Les nutriments sont les différents composants des aliments. Ils doivent être renouvelés quotidiennement pour assurer l’équilibre et la protection du corps. Voici les éléments indispensables au bon fonctionnement de notre cerveau :

Des Glucides

C’est en grande partie dans les glucides que le cerveau puise son énergie quotidiennement. Alors que les autres cellules peuvent utiliser en cas de besoin d’autres ressources énergétiques comme les lipides ou les protéines, les neurones du cerveau consomment uniquement du glucose. Descendre en dessous du taux nécessaire représente un risque si on ne fait pas attention !

Lesquels faut-il favoriser ?

Les féculents : carburant de l’organisme

Une grande variété de féculents existe, voici leur classification :

  • Les céréales et dérivés : blé (farine, semoule, pain, pâtes), maïs, riz, avoine, orge, millet, sarrasin…
  • Les tubercules : la pomme de terre et le manioc.
  • Les légumes secs ou légumineuses : lentilles, haricots, pois, fèves…

Ils apportent principalement des glucides complexes, qui diffusent de manière lente et continue l’énergie dans le sang. Ces aliments retardent l’apparition de la sensation de faim. Ils permettent donc de tenir jusqu’au repas suivant sans fringale.

Pour éviter la baisse de vigilance et de concentration, les féculents sont vraiment une arme anti-grignotage.

Ils sont à consommer à chaque repas.

 

Quant aux fameux sucres simples, très appréciés de tous pour leur douce saveur ainsi que pour le plaisir de nos papilles, il vaut mieux limiter leur consommation. En effet leur pouvoir sucrant est beaucoup plus élevé. On classe dans cette catégorie : le sucre, le miel, les bonbons, les boissons sucrées, le chocolat, les glaces, les sorbets, les pâtisseries…

Des lipidessoin du cerveau pleine forme

Indispensables à l’organisme car elles lui fournissent de l’énergie, des acides gras essentiels ainsi que des vitamines A, D et E. Leur rôle principal est d’intervenir dans la structure des membranes des cellules.

 

Choisissez des huiles végétales pour vos cuisson et assaisonnement comme l’huile d’olive, de colza ou de noix (riches en oméga-3), de tournesol, d’arachide et de pépin de raisin (pour les oméga-6). De l’ordre de 1 à 2 cuillères à soupe par repas et par personne.

 

 

Des protéines : garantes de l’interconnexion entre les neurones !

Elles sont le constituant essentiel des cellules. Leur rôle énergétique est accessoire et n’intervient que lorsque l’apport glucidique et lipidique devient insuffisant.

Elles doivent être présentes à chaque repas. On les retrouve dans les viandes (blanches ou rouges), les poissons (maigres ou gras), les œufs, ainsi que dans les produits laitiers. Ces derniers apportent des protéines animales de qualité ainsi que du calcium !

 

Des vitamines

La vitamine B9 ou acide folique : est tout particulièrement intéressante car elle permet d’éviter la fatigue intellectuelle et l’irritabilité.

On la trouve surtout dans les légumes verts, la salade, les légumes secs, abats, les noix, les carottes et le jaune d’œuf

La vitamine B12 : extrêmement importante durant les années d’adolescence car elle favorise le développement intellectuel.

On la trouve uniquement dans les aliments d’origine animale : viandes, abats, les poissons, les œufs et les produits laitiers

La vitamine C : a un effet antifatigue.

Les fruits frais (en particulier les agrumes) et les légumes frais en sont les principales sources.

La vitamine E : précieux pouvoir antioxydant, pour le cerveau, elle permet de lutter contre les radicaux libres qui endommagent les cellules.

Elle est présente en quantité intéressante dans les épinards, la laitue, les fruits secs, le germe de blé, et certaines huiles (d’olive, de germe de blé, de soja, de tournesol, d’arachide, de maïs, et de colza.

 

Des minéraux

Deux minéraux sont particulièrement recommandés pour le développement et l’entretien du cerveau :

[thrive_custom_box title= »le Fer » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/10/spinach-1427360_1920-1.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

Il entretient la mémoire et est donc particulièrement important chez l’enfant car il permet un bon apprentissage. Il permet également le transport de l’oxygène.

En effet, parmi tous nos organes, le cerveau est celui qui consomme le plus d’oxygène.

Que ce soit en période de sommeil ou de rêve, le cerveau est extrêmement vulnérable à l’égard de son oxygénation. D’où l’intérêt de veiller à de bons apports en fer dans notre alimentation.

On en trouve surtout dans la viande, les abats, le poisson, le jaune d’œuf ainsi que dans les légumes et fruits secs ou encore dans les céréales complètes et le cacao. Ainsi que dans les fruits secs, les légumes secs, coquillages et crustacés.

 

[thrive_custom_box title= »l’Iode » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/10/food-712665_1920-1.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

Très important lors de la croissance chez l’enfant et pour un bon développement mental. On en trouve dans le sel marin enrichi, les crustacés et poissons de mer.

 

Et de l’eau !

eau cerveau

Élément vital, l’eau sert à hydrater les cellules, à transporter les nutriments

et à éliminer les déchets.

Buvez abondamment (1.5 L d’eau par jour au minimum).

 

 

[thrive_custom_box title= »Focus sur les Radicaux Libres » style= »light » type= »image » image= »https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/07/artificial-intelligence-3382521_1920.jpg » full_height=0][/thrive_custom_box]

Notre organisme fabrique de l’énergie à partir des aliments et de l’oxygène. En conséquence, les cellules produisent des molécules qui nous font vieillir : les radicaux libres. C’est leur accumulation qui accélère l’usure. Une alimentation riche en fruits et légumes, eux-mêmes riches en antioxydants, permet de ralentir ce processus !

 

En effet, un excès de radicaux libres endommage les cellules et donc les neurones. Pour protéger les neurones, il faut nourrir l’organisme en antioxydants : vitamines E et C, bêta-carotène, flavonoïdes, acides phénols, sélénium et zinc.

 

Fruits et légumes en quantité doivent donc faire partie de l’alimentation de tous, mais on peut insister sur la salade, les légumes verts, les fruits secs, les carottes, les tomates, les épinards, les abricots, les melons et les pêches.

Maintenant que vous connaissez les besoins du cerveau, vous en déduirez simplement comment composer vos repas pour stimuler votre intelligence, entretenir votre mental et garder le moral !

 

[thrive_icon_box color=’purple’ style=’1′ image=’https://mindhelping.com/wp-content/uploads/2018/02/IMG_5165.jpg’]Naima EL MEKKI

Diététicienne – Nutritionniste[/thrive_icon_box]

​Read More
syndrome imposteur barrières psychologiques
Non classé

Sautez vos Barrières Psychologiques, et Retrouvez la Liberté !

Imaginez-vous vivre sans aucune barrière psychologique. Croquant la vie à pleines dents, toute en jouissant d’une pleine liberté …. LE RÊVE ^^ !

Bien que chaque individu soit unique, il y a une trame de fond que l’on peut retrouver chez une grande majorité : se créer ses propres barrières psychologiques ! On a, à des degrés différents, des doutes, des limites, des peurs infondés qui bloquent le processus de développement.

Au lieu d’y faire face, on cherche la porte « EXIT » en se trouvant des excuses …

Quand on échange avec quelqu’un sur un doute, ou une peur, il est courant de projeter ses émotions et ses craintes sur lui. Parfois, on transvase littéralement ses craintes à l’autre,  et ce dernier va ensuite se les approprier.

Or, une même expérience peut être vécue totalement différemment par 2 personnes.

Le cerveau filtre les informations en fonction de notre vécu, de nos émotions, de notre intention, de notre attention etc …

C’est pourquoi, 2 personnes peuvent avoir un avis contradictoire sur une même expérience.

 

Identifier les barrières psychologiques et trouver une solution

syndrome de l'imposteur
pixabay

Les aprioris, les idées reçues, les doutes, les peurs, les excuses …

> Oublie tout ce que tu sais et lance toi rapidement

>Expérimente par toi-même pour te faire ta propre idée des choses

Affirmations négatives, les hésitations, l’auto-dévaluation

> Ne te compare pas et ne te juge pas,

> Ne tiens pas compte des avis de personnes qui n’ont pas testé et ne font que répéter ce qu’elles entendent d’autres personnes

> Même si le résultat obtenu n’est pas à la hauteur de tes exigences : analyse, cherche une solution pour améliorer et recommence autant de fois qu’il faudra

Le syndrome de l’imposteur

> Dis toi qu’il s’agit d’un sentiment normal et habituel lorsque tu te lances dans quelque chose de nouveau, qui se dissipera

> Passe à l’action le plus rapidement possible même avec le sentiment de ne pas être « légitime »

Il s’agit uniquement d’un processus normal de ton cerveau pour t’inviter à rester dans tes habitudes et ta zone de confort. Sortir de cette zone demande beaucoup d’énergie au cerveau, il préfère rester en mode automatique !

> Pratique la visualisation

> Abreuves-toi de connaissances dans ton domaine et exerces-toi à les restituer en faisant une présentation face à un public virtuel ou face à des personnes de ton entourage

> Ta vision des choses n’est pas celle des autres alors ne lui donne pas trop d’importance

> Ne te juge pas et change tes suggestions négatives en positives

La procrastination

procrastination
Pixabay

> Passe à l’action pendant une courte durée 1 ou 2 minutes

> Affirme clairement ton souhait pour préparer ton cerveau à l’action

– Exemple : Lorsqu’il sera 10h00, je cesserai toutes mes activités pour me consacrer uniquement, et pendant 5 minutes, au tri de mes documents administratifs

> Programme ta journée et divise les grosses tâches en plusieurs petites

Le fait de se reposer uniquement sur ses acquis

> Apprends, lis, comprends les choses, expérimente par toi-même

> Sois curieux et découvre de nouvelles activités, disciplines sans aprioris

Garder uniquement sa vision de la réalité

Qu’il s’agisse de : S’agripper à une seule vision sans vouloir faire l’effort de changer sa façon de voir les choses ou Ne voir que les difficultés et les obstacles avant de commencer quoique ce soit

> Changer de perspective est très important : Voir la valeur ajoutée en premier lieu plutôt que l’adversité

> Évite de penser à la place des autres (ce qu’ils diront, penseront, ou comment ils réagiront …)

> Ne plus voir l’échec de façon négative mais plutôt comme une expérience qui fait grandir indépendamment du résultat obtenu

Le manque de volonté pour s’améliorer

> Entoure-toi de personnes qui ont déjà ou sont sur le point d’atteindre le même objectif

> Développe ta force de volonté en la travaillant chaque jour un peu (cf l’article sur le réservoir de volonté)

> Éloigne-toi des activités chronophages qui aspirent toute volonté et toute motivation (réseaux sociaux, conversations téléphoniques récurrentes sans intérêt, conversations whats app, messenger, snap chat … sans intérêt)

> Filtre les sources d’informations (se méfier de l’infobésité) pour préserver ton capital énergie (les émotions fortes puisent beaucoup dans le capital énergie)

Absence d’écoute de soi et de méditation

> Accorde-toi chaque jour minimum 5 minutes pour méditer, t’écouter (si tu veux : pratique aussi la visualisation : télécharge mon guide gratuit  5 règles d’or pour un cerveau en bonne santé pour en savoir plus)

> Détermine tes objectifs, et définis clairement tes priorités

> Recentre-toi sur tes émotions grâce à une communication intérieure bienveillante (pratique l’auto-suggestion positive)

Manque d’estime de soi, et/ou de confiance en soi

> Fixe-toi de petits challenges régulièrement qui te font sortir de tes habitudes

> Pratique l’auto-suggestion positive et laisse-toi envahir par les pensées positives

> Souris, ris, joue, fais de l’exercice physique : plus le cerveau s’épanouie, plus il te renverra des messages positifs

Absence de stratégie ou de plan pour opérer le changement et surmonter ses barrières psychologiques

> Commence par un brainstorming, puis structure tes envies, tes priorités, ton projet de vie

> Recherche les solutions à ton blocage en t’intéressant aux moyens utilisés par ceux qui ont déjà atteint le même objectif

> Mets en place entre 1 et 3 actions par jour pour commencer à cheminer vers l’objectif à atteindre

> Mets en place une routine aidante : répétition des actions, des comportements, des pensées, des paroles, pour les ancrer (cf Mon guide gratuit : 5 règles d’or pour un cerveau en bonne santé)

> Élabore un plan structuré qui mène progressivement vers l’objectif

Le fait de ne pas diviser les objectifs ambitieux

> Lorsque l’objectif est ambitieux ou qu’il s’agit d’un gros changement à opérer, il est préférable de se fixer plusieurs « petits objectifs » et avancer par palier

> Il faut diviser le projet  en « petites bouchées » pour le rendre plus digeste

Le manque d’organisation

> Apprends à t’organiser en planifiant

> Anticipe tout ce qui est possible

> et surtout privilégie le minimalisme

Le manque de tempsmind helping cerveau vite rapide

> planifie tes journées, tes actions et ne surcharge pas ton planning

> S’en tenir uniquement au planning pré-établi

> Élimine le superflu

> Concentre-toi sur une seule action à chaque fois jusqu’à la terminer

> Réduis au minimum les activités chronophages (réseaux sociaux, films, séries, …)

La démotivation : l’une des plus fréquentes barrières psychologiques

> Entoure-toi physiquement et/ou virtuellement de personnes qui sont dans la même optique, dans le même processus de développement

> Trouve-toi un mentor et suis ses conseils

> Lis des livres pratiques en relation avec l’intérêt du moment et applique les enseignements immédiatement

Le choix du projet

> Détermine ton projet de façon claire et précise afin que le cerveau comprenne bien la demande

> Porte toute ton attention sur les démarches à suivre, les étapes pour arriver à concrétiser ce projet : Tout ce sur quoi on porte son attention prend de l’ampleur dans notre esprit

> Priorise les actions à mener pour activer le Système d’Activation Réticulaire du cerveau (il s’agit de basculer le cerveau en mode « recherche » pour capter les informations en relation avec le projet).

L’image de soi biaisée par le jugement des autres

> Ne pas se laisser définir par les autres

> Ne pas agir pour faire plaisir aux autres

> Etre honnête avec soi-même, et apprendre à mieux se connaître en sortant de sa zone de confort régulièrement

> S’accepter tel que nous sommes.

Tu as désormais en main quelques clés pour

  1. contrer les excuses que tu te donnes,
  2. dépasser les barrières psychologiques et les limites que tu t’imposes,
  3. déverrouiller les blocages qui t’emprisonnent dans ta bulle, et t’empêchent d’avancer.

Maintenant c’est à toi de jouer …

Prends bien soin de toi !

​Read More
lire 1 livre par semaine
Non classé

1 secret pour lire un livre par semaine sans lecture rapide

4 Règles d’Or pour doubler votre productivité 

Si tu appliques ces 4 règles incontournables, tu vas devenir (beaucoup) plus efficace au travail.

« Travailler mieux pour travailler moins » 

Le calcul est vite fait ! Si vous arrivez à lire un livre par semaine, vous aurez lu 52 livres dans l’année. La lecture est une véritable source d’apprentissage, de développement, d’ouverture d’esprit.

Pourquoi vouloir lire un livre par semaine ?

Le livre pratique détient l’un des meilleurs rapport qualité/prix pour apprendre des experts. On y trouve le concentré de ce qu’ils ont mis plusieurs années à trouver, à expérimenter, à étudier, à développer…

C’est une porte ouverte dans le cerveau de l’expert afin d’en retirer le précieux nectar de la connaissance, en échange d’une poignée d’euros ! En effet, lire le livre d’un expert permet non seulement d’acquérir des connaissances et des compétences mais surtout cela fait économiser aux lecteurs un temps inestimable.

C’est une véritable richesse pour l’esprit ! En une semaine vous aurez appris quasiment autant de connaissances que certaines personnes en plusieurs mois.

Cette pratique est commune à de nombreuses personnalités qui ont réussi leur vie … et ce n’est pas un hasard !

L’expert américain en développement de la mémoire, de l’apprentissage, et en lecture rapide, Jim KWIK, dont je vous ai déjà parlé dans l’article « La Méthode Redoutable pour Apprendre 2 Fois plus Vite » conseille cette technique pour lire 1 livre par semaine sans avoir recours à la lecture rapide.

Avoir de bonnes habitudes pour réussir à lire un livre par semaine

lire 1 livre par semaine
pixabay

La première habitude est de se créer une « to read list » : une liste de lecture.

Notez-y tous les livres qui vous intéressent. Pensez à nourrir cette liste au fur et à mesure que vous entendez parler d’un livre qui vous intéresse.

Prenez et gardez cette habitude qui vous fera gagner du temps.

Lire un livre en fonction de l’intérêt du moment permet d’appliquer les connaissances tout de suite et ne pas abandonner la lecture en cours de route.

Par exemple, si mon attention se porte sur la couture en ce moment, je vais lire un livre de ma liste en rapport avec mon intérêt pour pouvoir avoir les connaissances nécessaires et les appliquer immédiatement.

Suivre l’ordre de ma liste (to read list) serait une erreur puisque c’est maintenant que je veux lire un livre de couture et pas dans 6 mois. Ce conseil vous paraît certainement évident mais il est bon de le rappeler !

Le cerveau retient mieux les informations lorsque notre attention est en phase avec notre apprentissage.

Déterminer sa vitesse de lecture

L’étape suivante est de lire n’importe quelle page d’un livre au hasard tout en programmant le minuteur sur 1 minute. Il faut lire normalement sans accélérer ou diminuer son rythme habituel.

Une fois la minute écoulée, choisir une ligne similaire à la plupart des autres lignes dans le paragraphe lu et comptez le nombre de mots sur cette ligne.

Ensuite compter le nombre de lignes lues.

Par exemple si une phrase compte en moyenne 10 mots et que vous avez lu 20 lignes, vous avez une vitesse de lecture de 200 mots/minute.

Mise en place de la routine pour lire un livre par semaine

lire 1 livre par semaine
pixabay

Jim KWIK nous dit, qu’en moyenne un livre compte environ 64 000 mots selon le distributeur AMAZON. Pour lire un livre entièrement avec une vitesse de lecture de 200 mots/minute, il faudra (64000/200) donc 320 minutes.

Pour répartir ce temps sur 1 semaine soit 7 jours, il faudra lire (320/7) environ 45 minutes par jour.

Avouez que c’est un objectif tout à fait réalisable, 45 minutes de lecture par jour pour pouvoir lire un livre par semaine.

Trouver le temps pour lire un livre par semaine

lire un livre par semaine

Maintenant il ne reste plus qu’à choisir le moment ou notre cerveau est le plus réceptif à la lecture et programmer une alarme qui rappellera chaque jour qu’il est temps d’abreuver son cerveau. Certains préféreront lire le matin alors que d’autres le soir, à vous de trouver le meilleur moment.

Si 45 minutes vous paraissent trop longue, vous pouvez toujours investir dans une formation de lecture rapide comme celle de Steve Abd Karim, Boosteur d’Excellence, vous pourrez ainsi réduire le temps de lecture journalier.

Si vous appliquez sérieusement cette méthode pour lire un livre par semaine, vous prendrez certainement goût à la lecture et à l’apprentissage et attendrez votre « pause lecture » avec impatience.

Alors faîtes-le et laissez vos commentaires pour partager votre expérience.

Prenez bien soin de Vous ♥.

​Read More
concentration optimale
Non classé

11 Astuces pour une Concentration Optimale Rapidement

Aujourd’hui je veux partager avec vous, 11 astuces pour une concentration optimale rapidement. Lorsqu’il faut se mettre au travail, il est quelquefois difficile de se recentrer sur notre activité tellement l’esprit se disperse. Une concentration optimale ne s’acquiert pas sans effort bien sûr, il faut tester les techniques et retenir celles qui conviennent le mieux. Ensuite il faudra les automatiser en répétant plusieurs fois les techniques retenues : ainsi le cerveau comprendra mieux ce qu’on lui demande et réagira en fonction.

Je vous partage 11 astuces pour développer sa concentration, que j’ai testée. Je vous ferai part de mon avis sur celles-ci en fin d’article.

Par ailleurs, j’ai entendu dire que Jean-Yves PONCE, athlète de la mémoire et créateur du site Potion de vie, va se lancer dans l’écriture d’un nouveau livre sur la concentration. j’ouvre une petite parenthèse pour vous dire qu’il a déjà écrit un très bon livre sur la mémoire intitulé « Boostez votre Mémoire » que vous retrouverez sur son site. Maintenant, on attend avec impatience son nouvel ouvrage.

 

La concentration optimale, c’est quoi ?

Elle consiste à focaliser toute son attention sur une action/tâche/activité et contribue à une meilleure productivité dans le travail. La recette paraît simple à en lire ces quelques mots mais en réalité, la pâte ne prend pas parfois et les résultats escomptés ne sont pas toujours au rendez-vous. Alors comment peut-on faire pour se concentrer lorsque notre esprit a plutôt envie de se balader ?

  • #1. Le budget temps

Lorsque vous limitez votre temps pour effectuer une tâche, le cerveau va trouver tous les raccourcis possibles pour réaliser ce qui lui est demandé dans le temps imparti. C’est la loi de Parkinson. En général, lorsque le temps est compté, notre attention se porte rapidement et efficacement sur le résultat à obtenir. Le cerveau comprend la finalité et le temps donné, ce qui lui permettra de se mettre rapidement en mode « concentration optimale » pour atteindre son objectif.

  • #2. Le rituel

Certains utilisent un rituel avant de commencer à travailler. Ce processus permet au cerveau de comprendre qu’après ce rituel, il faudra se concentrer et travailler efficacement. C’est une sorte de message que nous lui envoyons disant : « Mon cher cerveau, quelque soit la distraction autour de moi, tu dois rester concentré sur le travail que je dois réaliser, Merci ». Au début, il faut commencer par inventer le rituel qui nous convient sans dépasser 4 à 5 min.

Ce qui permettra de s’enfermer dans une bulle, et de sortir le bouclier mental protégeant des nuisances extérieures. Puis on se met au travail en étant concentré et productif. Pour mettre en place ce rituel il faut être patient, constant, et discipliné. Après quelques semaines de pratique quotidienne, les résultats sont alors visibles. Quelque soit l’endroit, ou le bruit autour de vous, vous gardez une concentration optimale et resterez focus sur votre activité.

  • #3. Boire un grand verre d’eau

concentration optimale

A ma grande surprise, j’ai découvert qu’un grand verre d’eau permettait d’améliorer sa concentration. Les chercheurs de l’Université d’East London 1 ont procédé à une expérience sur 60 personnes qu’ils ont divisé en 2 groupes. Ceux-ci ont subi une série de tests sur la concentration, la mémoire à court terme et la capacité d’observation.

Le groupe qui a eu le meilleur score avec 34% de plus de bonnes réponses, est celui à qui les chercheurs ont demandé, 20 minutes avant le test, de boire 250 ml d’eau plate. Les scientifiques ne s’expliquent pas encore comment les capacités mentales accroissent avec un simple verre d’eau. Mais il semblerait que l’hydratation du cerveau favorise la bonne circulation des informations.

  • #4. Respirer

Inspirer puis expirer profondément, sans forcer, pendant environ 5 secondes à chaque fois. Répétez ce procédé environ 10 fois. Cela favorisera une bonne oxygénation du cerveau et permettra de le nourrir et l’apaiser. Ainsi, il y aura une meilleure circulation des informations, et le cerveau sera prêt à fournir une concentration optimale.

  • #5. Focus-Zoom

Un exercice simple mais efficace pour entraîner son cerveau à se concentrer sur commande sans faire attention à ce qu’il se passe autour. Choisir un objet qui ne suscite aucune émotion particulière (pas de photos, de souvenirs, …) comme un stylo, une chaussure, ou une chaise, … Ensuite il faut focaliser son attention pendant 2 ou 3 minutes dessus sans décoller les yeux de cet objet, en scrutant les moindres détails, comme s’il fallait décrire ensuite l’objet en détail à une personne qui ne l’a pas vu mais doit le reproduire en dessin : taille, forme, couleur, défaut, …. Vous saurez quoi faire dans les transports en commun ou les salles d’attente maintenant ! 😉

Cela oblige le cerveau à fournir un gros effort de concentration. A force de répétition il aura beaucoup plus de facilité à se concentrer très intensément et à la demande. Car il aura « muscler » cette faculté à fournir un effort à la demande de manière intensive.

  • #6. Un par Un

L’un des facteurs qui augmente la perte de concentration optimale est quelque chose que tout le monde fait tout le temps et ce, sans même s’en rendre compte.

Je parle de – Faire plusieurs choses en même temps – eh oui ! La concentration ne peut-être de qualité si notre attention passe d’une chose à l’autre. Et c’est pour cette raison que nous oublions, faisons plus « d’erreurs », ne réagissons pas de façon adapter lorsque nous sommes en train de faire plusieurs chose à la fois !

L’attention ne peut pas être divisée sur plusieurs pôles simultanément. Le cerveau porte son attention sur une activité puis passe à l’autre puis revient sur la précédente, et fait des « va et vient » incessants.

Il est donc impossible de se concentrer avec une attention en perpétuel mouvement.  Pour atteindre une concentration optimale il faut plutôt  faire les choses les une après les autres : UN par UN ! Porter et Garder son attention sur une activité jusqu’à la fin puis passer ensuite à la suivante, sera plus productif et générera bien moins d’erreurs.

  • #7. Café

concentration optimale

Le café s’il est consommé modérément améliore la concentration. Il a un effet sur l’adénosine, un neurorécepteur qui permet la concentration selon le professeur Jean-Christophe CORVOL, neurologue à l’hôpital universitaire Pitié-Salpêtrière. Toutefois, le professeur préconise de ne pas dépasser 5 tasses par jour. En stimulant certains récepteurs dans notre cerveau, la caféine améliore également notre attention (source : Sciences et Avenir). Alors si vous êtes un adepte du café, n’hésitez pas … avec modération bien sûr !

  • #8. Tableau

Pour permettre de prendre conscience de nos pertes d’attention et pouvoir ensuite y remédier, il y a une astuce simple à mettre en place mais très efficace : Le Tableau des Pertes de Concentration.  Il faut simplement mettre un bâton ou une croix dans le tableau chaque fois que la concentration est perdue car notre attention s’est portée sur autre chose. Il faut ensuite remonté le fil de nos pensées pour savoir ce qui a causé cette distraction et noter sur un carnet que l’on garde toujours à proximité l’action à mener après avoir fini notre travail. De cette manière, notre cerveau prend d’une part, conscience de la déconcentration et saura de mieux en mieux la gérer dans le futur. Et d’autre part, désactive « le mode alarme » de la pensée parasite.

Je vous donne un exemple : En écrivant mon article, je suis en pleine concentration quand soudain je me surprends à penser qu’il faut que je rachète des tisanes.

Pourquoi ai-je cette pensée maintenant ?

En remontant le fil de mes pensées, je me rend compte que je regardais ma tasse vide posée sur le bureau. Tout en me disant qu’il ne fallait pas que je l’oublie ici, je me suis imaginée la déposant dans la cuisine. Et en me visionnant mentalement entrer dans la cuisine j’ai aperçu la bouilloire.

Ding ! Ding ! mon alarme mentale à sonner : Attention il faut racheter des sachets de tisane !

Du coup, pour ne plus avoir cette alarme mentale qui sonne sans arrêt (sauf quand je serai au supermarché ^^ lol … parce que c’est toujours comme ça !) je note dans mon carnet ou sur ma liste de courses : Acheter des sachets de tisane.

L’alarme éteinte je peux maintenant retrouvé ma concentration optimale à l’endroit ou je l’avais laissée pour continuer d’écrire mon article.

  • #9. Ecrire

C’est une autre astuce pour entraîner notre cerveau à se concentrer rapidement et efficacement. Si vous êtes droitier écrivez de la main gauche et inversement. Le fait d’écrire avec l’autre main que celle habituellement utilisée, nous demande un effort de concentration intense, le cerveau a perdu ses repères et doit donc combler ce manque en restant focus sur l’exercice.

  • #10. Jouer

Voici un entrainement qui pourrait être très efficace lors de l’apprentissage du vocabulaire dans une langue étrangère par exemple. Le principe consiste à lire le mot en transparence sur la feuille. Où de lire la feuille à l’envers à environ 40 cm de l’endroit ou vous vous trouvez. Cela demande beaucoup d’attention et de concentration, ajouter à cela un peu d’émotion comme la joie, ou la fierté d’avoir réussi et vous obtiendrez de très bons résultats pour l’apprentissage rapide de votre liste de vocabulaire.

  • #11. Les séquences

Une fois que l’on a acquis une petite maîtrise de l’attention et de la concentration, il est possible d’utiliser une technique plutôt efficace pour les plus disciplinés. Il s’agit de pratiquer du HIIT de la concentration … ^^ !

Le H.I.I.T est une technique utilisée au fitness/musculation. Elle consiste à faire du sport de façon intensive sur une courte durée, ensuite prendre une petite pause et recommencer par séquence (High Intensity Interval Training). Cette méthode a été reprise dans le cadre du travail. Certains organisent leur temps de travail par séquence intensive. C’est à dire qu’ils travaillent de façon très concentrée pendant plus ou moins 20 minutes, puis ils prennent une pause de 5 minutes et recommencent des séries de 20/5, 20/5…

#Bonus :

 

Environnement propice

Pour garder une concentration optimale, il faut faire le ménage dans son espace de travail. Un bureau rangé, un environnement ordonné sont propices à une bonne concentration, et diminueront les pensées parasites.

 

Vous n’avez désormais plus qu’à tester ces techniques et astuces et me laisser votre retour d’expérience en commentaire un peu plus bas ! 😉 ⇓⇓⇓

Pour ma part, j’ai trouvé que l’efficacité de certaines méthodes n’est pas flagrante immédiatement, mais je pense qu’elle contribue à développer la capacité à se concentrer en entraînant le cerveau, en complément d’autres techniques. Je me suis beaucoup amusée en écrivant de la main opposée car c’était juste catastrophique … lol !

Lire par transparence s’avère efficace pour une liste de mots de vocabulaire lors de l’apprentissage d’une langue étrangère, complété avec un mind-mapping et le tour est joué.

Maintenant, j’essaie d’automatiser la méthode des séquences car elle donne un bon résultat surtout lors de l’écoute ou de la lecture rapide des livres.

D’ailleurs, si vous êtes intéressés par une méthode de lecture rapide je vous conseille la formation boosteur d’Intelligence (que j’ai suivi il y a quelques années) créée par Steve abd Karim, qui aide vraiment à augmenter sa vitesse de lecture.

 

MÉMO DE L’ARTICLE 

11 astuces pour une concentration optimale OK

 

Prenez bien soin de vous ♥.

 

​Read More
atteindre un objectif
Non classé

Comment programmer son cerveau efficacement à atteindre un objectif ?

Lorsqu’on souhaite atteindre un objectif il y a plusieurs manières de s’y prendre. Soit on y va sans trop y réfléchir. Mais dans ce cas on ne sait pas trop si on va se retrouver là ou on veut vraiment arriver. Soit on détermine précisément son objectif à l’avance, et on balise son chemin grâce à  un plan d’action étape par étape.

Si vous voulez tester la deuxième méthode, il y a une astuce à suivre : L’Objectif SMART !
L’initiateur de l’acronyme SMART qui signifie INTELLIGENT en anglais, s’appelle Georges T. DORAN. Ce terme à été ensuite très populaire car il permet de préciser des indicateurs clairs, dans la réalisation d’un projet.

Atteindre un objectif SMART, est en réalité un moyen mnémotechnique pour déterminer précisément et de façon simple à comprendre le projet.

Que signifie atteindre un objectif S.M.A.R.T ?

objectif smart atteindre un objectif

 

Pour l’exemple, je vais dire que mon objectif est de perdre du poids, mais pour qu’il devienne SMART je vais le préciser :

S = Spécifique – Il doit être en relation directe avec la personne. Mais aussi clair, simple, et précis.

 Je souhaite perdre du poids

M = Mesurable – C’est à dire chiffrable : qualifié et quantifié.

Je souhaite perdre 12 kilos pour retrouver mon poids de forme.

A = Ambitieux ou Atteignable – Apporte du challenge mais pas trop.

Dans mon exemple l’objectif est suffisamment ambitieux car il m’obligera à changer mes habitudes quotidiennes, à pratiquer plus de sport et manger plus équilibré. Ce challenge me fera donc grandir et entamera une transformation tant physique que mentale. Je vais sortir de ma zone de confort pour expérimenter une autre relation avec mon corps et mon esprit.

R = Réalisable – Techniquement possible.

Le fait de préciser « je reviens à mon poids de forme » indique qu’il est réalisable car j’étais déjà à ce poids auparavant. Si une personne (adulte normalement proportionné) pèse 52 kg et qu’elle souhaite perdre 12 kg, ce ne sera plus réalisable, puisque à moins de mettre sa santé en péril je ne vois pas bien comment atteindre un objectif pareil …

T = Temporel – S’accorder un budget temps pour le réaliser.

Il faut que j’ajoute à mon objectif un temps donné. Je souhaite perdre 12 kg, afin de retrouver mon poids de forme, d’ici 5 mois : ../../…. (date de fin).

Et voilà, mon objectif est devenu SMART !

Maintenant que vous avez déterminé votre objectif de façon SMART, il ne vous reste plus qu’à établir votre plan d’action et vous lancer !

Plan d’action pour atteindre un objectif S.M.A.R.T

atteindre un objectif
Image Pixabay

 

La première étape est de formuler par écrit votre objectif en tenant compte des indicateurs vus ci-dessus et de le mettre bien en évidence (accrocher le au mur, sur le frigo, sur votre bureau, en fond d’écran de votre téléphone ou ordinateur… il faut pouvoir le voir et le lire plusieurs fois par jour). Vous allez ensuite prendre le temps de la réflexion et noter :

  • POURQUOI vous vous êtes lancés dans ce projet
  • Quels bienfaits en retirerez-vous ?
  • Que va-t-il vous apporter concrètement ?

Ensuite, vous allez lister par écrit toutes les étapes que vous devrez franchir (en indiquant le budget temps que vous vous accorder pour chaque étape si possible)

exemple : semaine 1. 2. et 3 je dois :

  • planifier des séances de HIIT de 20 à 30 minutes 4 fois par semaine,
  • préparer le menu de chaque semaine pour faire les courses en fonction,
  • arrêter les repas industriels, les sucres raffinées,
  • et consommer uniquement des huiles végétales BIO pression à froid …

semaines 4. 5. et 6 :

  • faire une activité sportive supplémentaire dans la semaine en plus des séances de HIIT : running ou trail, vélo, piscine, roller, escalade, randonnée, ski, ...
  • et ainsi de suite …

Une fois avoir fait ce travail, vous pourrez exprimer un sentiment de satisfaction envers vous-même ! Vous avez déjà commencer votre cheminement vers votre objectif puisque vous avez préparer votre mental. Votre cerveau sait précisément ce que vous attendez de lui, et mettra les moyens en place pour y arriver.

Dernière étape …… LANCEZ-VOUS sans attendre, et sans a priori !!

Ce que vous ne devez pas perdre de vue :

atteindre un objectif SMART
Image Pixabay

  1. Se fixer un objectif sert à se transformer pour s’améliorer. Alors même si vous n’atteignez pas votre objectif, cette expérience vous fera grandir car vous en apprendrez davantage sur vous-même. Ne le vivez pas comme un échec mais comme une expérience et tirez-en les leçons qui en découleront !
  2. Pensez à vous récompenser lorsque vous atteindrez chaque étape. Vous serez alors bien plus motivé à entamer l’étape suivante. Faîtes preuve de bienveillance et de gratitude envers-vous, soyez satisfait de chaque petit pas que vous faîtes en avant.
  3. N’hésitez pas à vous engager publiquement auprès de votre famille, vos amis, vos proches, en exprimant clairement l’objectif à atteindre. Cela stimulera en vous le bon stress qui pousse à se challenger.

Si vous souhaitez partager avec la team votre prochain objectif, ou nous parler de votre dernier objectif atteint avec fierté n’hésitez surtout pas à laisser un commentaire.

P.S : Et un dernier petit conseil, si vous manquez de volonté pour vous lancer des défis, cliquer ICI je vous transporte vers la pompe à volonté pour remplir votre Réservoir ^^.

Prenez bien soin de vous ♥ and Never Give UP !*

*N’abandonnes jamais

​Read More