fbpx

Maîtriser la Peur pour Reprendre le Contrôle de sa Vie

la peur, contrôler ses émotions, confiance en soi, regard des autres, jugements

La peur est très souvent associée à quelque chose de négatif qu’il faut éviter. Peu de gens aiment faire face à la peur pour apprendre à la gérer. Alors, comment maîtriser la peur pour reprendre le contrôle de sa vie ?

Ce comportement est en partie dû au conditionnement subi depuis notre plus jeûne âge.

L’éducation, le système scolaire, la société n’incitent jamais à prendre des risques, même mesurés. On est plutôt orienté vers une vie dans laquelle le risque est quasiment absent pour ne pas avoir à affronter cette émotion.

En réalité, la peur est très utile car c’est un moyen d’alerte face au danger !

Lorsqu’on a peur un état de stress surgit en parallèle. Le rythme cardiaque s’accélère et le corps se prépare à la fuite ou au combat.

QUE SE PASSE-T-IL DANS LE CERVEAU ?

Le cortex pré-frontal est la zone qui gère le langage, la pensée ; en bref, la région de la raison et du conscient. Réfléchir retarderait les réflexes de survie face au danger, donc en cas de stress le cortex pré-frontal est « débranché ».

Par ailleurs, chacun de nous a un « seuil critique de stressabilité » ; c’est à dire une limite plus ou moins élevée qui, lorsqu’elle est dépassé nous fait basculer dans un état de stress intense.

Comme la région de la raison et du conscient, s’éteint en cas de stress, le cerveau bascule à ce moment en mode automatique.

Il réagit via des habitudes et des automatismes inconscients en fonction des stimulus et du contexte.

De ce fait, la réaction, l’action, ou le conditionnement choisis par le cerveau sans réfléchir peuvent ne pas être en phase avec la situation réelle.

Je vous illustre ça avec un exemple :

Si un enfant lorsqu’il expérimentait quelque chose de nouveau, a subi de façon répétée et constante de fortes réprimandes de la part des adultes,  parce qu’il n’était pas assez habile, ou qu’il ne faisait pas assez bien les choses aux yeux de l’adulte.

L’enfant se bride et ne parvient ni à réfléchir, ni à continuer, de peur de ne pas réussir. Il se conditionne à ne plus sortir de sa zone de confort pour ne plus avoir à subir de réprimandes.

Un fois que cet enfant aura atteint l’âge adulte, chaque fois qu’il dépassera son seuil tolérable de stress, en se retrouvant dans le même contexte (ou un contexte proche) que celui vécu dans son enfance. Le cerveau basculera en mode automatique.

Face à une situation nouvelle qui le fait sortir de sa zone de confort et de laquelle découlera un avis, une appréciation des autres.

Le cerveau choisira l’automatisme, le conditionnement qu’il a développé dans son enfance:

  • se bloquer,
  • se brider,
  • ne pas pouvoir continuer par peur d’échouer,
  • ne pas vouloir sortir de sa zone de confort,

car il redoutera les critiques ou les réprimandes des autres, …. 

peur stress conditionnement automatismes

Pixabay

Il est donc nécessaire de connaitre ce processus pour savoir évaluer son seuil critique de stress d’une part, et trouver le moyen adéquat pour gérer et abaisser son niveau de stress d’autre part, surtout lorsqu’une situation génère de la peur et par conséquent du stress.

Ainsi le cerveau repassera en mode Conscient et reconnectera le Cortex pré-frontal afin de gérer la situation de manière raisonnée.

Dans notre société, la peur est maintenant plus rarement suscitée pour notre intégrité physique comme jadis face à un animal sauvage.

En effet, il est plus fréquent d’entendre parler de peur de l’échec, de l’inconnu, du rejet, du ridicule ou même d’avoir peur de la prise de parole en public !

En réalité, si on analyse bien toutes ces peurs, on remarque qu’elles ont toutes le même fondement : On craint de ne pas être suffisamment bon.

On est loin du danger de la bête sauvage et menaçante face à nous.

Toutes les peurs citées ci-dessus sont en réalité uniquement dans nos têtes !

Notre imagination va souvent s’orienter vers un scénario catastrophe et on fera en sorte de se limiter pour se préserver de ce scénario.

Or, il faudrait faire exactement le contraire pour avancer vers une plus grande liberté.

LA PEUR, UN LEVIER DE DEVELOPPEMENT

maîtriser la peur

Pixabay

Chaque fois qu’on ressent de la peur, cela veut dire en réalité qu’on doit faire face à un choix :

  • Avancer et sortir de sa zone de confort pour aller chercher la liberté ou,
  • S’immobiliser et rester confiné dans ses habitudes craignant de ne pas être suffisamment bon.

La réaction normale serait d’éviter la peur car on sait qu’elle rend vulnérable.

Mais, ne serait-ce pas là, une nouvelle occasion d’apprendre à mieux se connaître, et d’expérimenter quelque chose de nouveau ?

La peur est en réalité un phare qui lorsqu’il s’allume, fait signe qu’il faut passer par ce chemin pour nous permettre de grandir et de développer la confiance en soi.

Ce n’est pas facile, c’est vrai !

Mais l’expérience et la connaissance de soi qu’on en retire sera bien plus profitable que de rester tétanisé dans son confort et ses petites habitudes.

peur phare Pixabay

COMMENT RÉAGIR FACE À LA PEUR

Il est inutile de se préparer à combattre ou fuir face au regard et au jugement des autres !

Il faudrait plutôt apprendre à repousser ses limites, son seuil tolérable de stress pour garder toutes ses facultés de raisonnement et de réflexion.

Cela consiste à agir en mode Conscient et Réfléchi même quand on a peur.

Il ne s’agit pas d’ignorer sa peur, au contraire. Il est préférable de la constater, de l’accueillir, d’analyser ses réactions et de déterminer si on est en mode automatique ou pas.

Il faut vivre pleinement l’instant présent, comme s’il n’allait jamais y avoir de futur.

Ce type de peur est en fait, une inquiétude de l’avenir. La crainte de ce que vont dire les autres, de ce qu’ils vont penser, la crainte de leur réaction.

Occultez cette pensée !

Accueillez simplement les émotions de façon normale, il ne s’agit que d’une réaction hormonale de notre corps face à une situation donnée.

Cette peur que nous ressentons et cultivons n’est pas celle de notre signal d’alarme face à un danger.

Nous pouvons et nous devons passer outre pour cheminer vers la liberté.

Au lieu d’éviter ce genre de situations on doit désormais les provoquer !

A force de répétition, on sera plus à l’aise face à ces situations et on saura se détacher de cette peur de ne pas être suffisamment bon.

Ainsi, on élargira notre champ des possibilités et on sera totalement en paix avec soi-même, quelque soit la réaction des autres face à soi.

Prenez bien soin de vous ♥